We use cookies to ensure that we give you the best experience on our website. If you continue without changing your settings, we'll assume that you are happy to receive all cookies on the ESCP website. However, if you would like to, you can change your cookie settings at any time.

Close

Après avoir obtenu le prix FNEGE de la meilleure thèse interdisciplinaire, l’ancienne doctorante de ESCP a reçu le prix de thèse ARIMHE pour sa recherche investiguant les dimensions de genre dans la comptabilité.

Nathalie Clavijo a reçu le prix de thèse ARIMHE (Association pour la Recherche Interdisciplinaire sur le Management des Entreprises) en sciences de gestion 2021. Soutenue le 26 juin 2020 et intitulée « Genre et Comptabilité dans le Groupe Saint-Gobin : Trois Essais sur la comptabilité entre instrument de domination et résistance aux normes de genre », sa thèse avait déjà reçu le prix FNEGE de la meilleure thèse interdisciplinaire en management. Celle-ci s’appuie sur une ethnographie très riche réalisée dans le cadre d’une CIFRE chez Saint Gobain et s’intéresse aux façons dont la comptabilité, sous divers aspects (métier, outils, processus), assigne les employé.e.s à des normes de genre ou leur permet de s’en émanciper : « La recherche comptable a montré comment la comptabilité peut agir comme instrument de domination et permettre des possibilités de résistance à une ontologie néolibérale, explique la lauréate. Peu de travaux comptables se sont intéressés à la relation mutuelle entre domination et résistance ».

En d’autres mots, sa recherche permet de comprendre comment la domination et la résistance s’appellent l’une l’autre. « Les travaux croisant genre et comptabilité permettent de comprendre que la résistance à un système néolibéral et patriarcal est toujours relative, poursuit-elle. Cette thèse contribue à ce champ de recherche en montrant que c’est notre vulnérabilité aux normes de genre qui ne permet pas d’annihiler les rapports de domination dans nos actes de résistance ».

« La thèse de Nathalie met en évidence des leviers d’émancipation possibles, soutenus par une certaine infrastructure organisationnelle », estime sa directrice de thèse, le professeur Claire Dambrin. « C’est sans doute une des raisons pour lesquelles les entreprises seront, j’en suis certaine, intéressés par les résultats de Nathalie dans la perspective de piloter intelligemment la "diversité" de leur collectif ».

Campuses