We use cookies to ensure that we give you the best experience on our website. If you continue without changing your settings, we'll assume that you are happy to receive all cookies on the ESCP website. However, if you would like to, you can change your cookie settings at any time.

Close

Sur les pas de la doctorante la Chaire Une Usine pour le Futur au cœur des usines Michelin

Doctorante à ESCP Business School, Bennis Chaïmae conduit sa recherche sur le thème « L'ambidextrie des opérateurs dans l’usine 4.0 ».

Si le thème de l’ambidextrie organisationnelle est couvert par la littérature académique, il l’est beaucoup moins lorsqu’il s’agit de l’ambidextrie individuelle, surtout lorsque ce niveau d’ambidextrie concerne des populations non managers ; notamment des opérateurs.
C’est pour tenter d’adresser ce vide dans la littérature scientifique, et combler le manque de données empiriques à ce sujet, que Chaïmae s’est lancée dans ce projet de thèse dès Septembre 2017 ; en partant des usines.
Un sujet dont la pertinence s’est accrue avec le développement fulgurant de l’industrie 4.0 qui conduit l’opérateur à composer avec une multitude d’injonctions et de tensions nouvelles. Un contexte qui exige de cet acteur des capacités d’adaptation (à de nouvelles pratiques, de nouvelles organisations, de nouveaux outils…), en plus de capacités d’alignement aux normes en vigueur. 
Le leitmotiv de la recherche de Chaïmae est bel et bien de placer l’homme au cœur de son étude et du processus de transformation digitale. Le but étant de reconsidérer le rôle de l’opérateur, tourné jusqu’alors vers l’exploitation de ses fonctions routinières et coutumières, pour le conduire vers l’exploration et l’adaptation à un ensemble de situations et d’opportunités nouvelles. 
L’enjeu de sa recherche est capital pour les fonctions du personnel en ce qu’elle permet de participer au débat RH en positionnant cette fonction comme un incubateur à l’ambidextrie individuelle, et un moteur pour son développement et sa diffusion.
Grâce à la Chaire « Une Usine pour le Futur », dirigée par le Professeur Géraldine Galindo, Chaïmae a pu découvrir et s’immerger dans les usines Michelin et Safran, partenaires de la Chaire depuis 2017. Elle a pu visiter dans le cadre de son travail de thèse 2 usines Michelin : Cholet et Blavozy (Puy-en-Velay) et 4 usines Safran Aircraft Engines : Le Creusot, Corbeil-Evry, Gennevilliers, et Villaroche. 
Aller confronter ses hypothèses de recherche à la réalité du terrain, mesurer les écarts et tenter de les interpréter, voir évoluer son sujet à l’épreuve de la pratique… Est-il besoin de rappeler que la phase empirique est l’une des phases les plus stimulantes du travail d’un chercheur ?

C’est cette expérience que Chaïmae partage aujourd’hui après sa dernière immersion au sein du site Blavozy* de Michelin au Puy en Velay.

« La Chaire "Une Usine pour le Futur" m’a offert l'opportunité incroyable de m’immerger dans un monde industriel qui m’était jusque-là complètement inconnu. Me familiariser au jargon industriel, aux lignes de métiers et de compétences, aux différents processus et procédés industriels, a été une étape clé et passionnante pour avoir une meilleure compréhension des enjeux des sites et préparer mes futures visites d’usines. De plus, avoir accès à des entreprises, fleurons de notre tissu industriel français, a été une chance inouïe. A vrai dire, une passion pour l’industrie est même née de cette aventure et de ces rencontres d’une grande richesse humaine et intellectuelle !
Safran et Michelin m’ont confié le mandat suivant : « lorsque les technologies digitales sont introduites dans une usine, quelles sont les évolutions en termes de compétences que peuvent connaitre les métiers de la production ; particulièrement les opérateurs ? »

Quand la recherche rencontre le terrain…

Décembre 2017, l’Auvergne, une région magnifique que je ne connais pas, m’attend pour mes deux premières semaines d’immersion sur le site Blavozy Michelin, alors dirigé par Laurent Carpentier. Il s’agit d’une première phase exploratoire, décisive pour mieux comprendre la roadmap digitale du leader du pneumatique et ses déclinaisons dans les usines Michelin.

Juillet 2019, munie de mon guide d’entretien, j’entame à Blavozy un intense programme d’investigations des ateliers OCF (atelier conventionnel) et Osiris (atelier digitalisé) que j’ai choisis en concertation avec Michelin, pour leur maturité digitale**. 
Dorian Defache, vient de prendre la direction du site et sa confiance m’a permis de conduire mes entretiens, dans l’ensemble de l’usine, en toute autonomie. 

"Toutes les transitions, qu’elle soit digitale ou autre, se feront avec les femmes et les hommes. C'est effectivement ce que vous avez bien su capter au travers de vos échanges avec nos équipiers !"
Dorian Defache


Début 2020, Covid-19 oblige… la 3ème et dernière phase d’immersion chez Michelin est reportée. Cette parenthèse improvisée m’offre l’occasion de commencer à compiler les entretiens menés jusqu’alors avec plus de 70 personnes, agents, collaborateurs et cadres.  

Quand la recherche rencontre le terrain…

Fin novembre 2020, le site de Blavozy peut m’accueillir de nouveau. J’ai un grand plaisir à retrouver l’usine, les équipes Michelin et Olivier Duplain, Responsable formation site / animateur démarche responsabilisation qui m’avait accueillie et guidée dès mes premiers pas dans les ateliers de l’usine ; en 2017. 
Cette ultime phase m’a permis de cumuler 10 nouvelles journées immersives où j’ai pu observer l’activité et conduire un ensemble d’entretiens : 27 entretiens formels enregistrés et une douzaine d’autres - entretiens informels - collectés au détour d’une pause-café ou de séquences non enregistrées. Des entretiens informels tout aussi contributifs à mon travail de recherche puisqu’ils qu’ils viennent compléter les datas collectées et consolider mes différents étonnements.
La tenue d’un journal de bord a été également pertinente pour capter l’ensemble de ces données non enregistrées ou observées. 

Quand la recherche rencontre le terrain…

Je tiens à remercier chaleureusement toutes les personnes : agents, collaborateurs et cadres de Michelin CPY qui m'ont accueillie, accompagnée et transmis leur passion. J’ai été impressionnée par la qualité des échanges, la disponibilité et la gentillesse dont toutes les personnes rencontrées ont fait preuve à mon égard.
Cela a été un énorme privilège d'apprendre de vous et avec vous et c’est le cœur gros que j’ai quitté la Haute-Loire enrichie de cette expérience humaine et professionnelle exceptionnelle !

J’attends désormais avec une grande impatience mon immersion à l’usine de Safran Aircraft Engines prévue pour mi-janvier 2021 à Gennevilliers. 
Etape finale de mon travail immersif, elle va me permettre de proposer des préconisations managériales à mes deux hôtes, Safran et Michelin, partenaires de la Chaire. Mettre en exergue les contrastes et similitudes dans leur transformation digitale respective va être un challenge fascinant. En effet, si l’objectif des Chaires est de construire des passerelles entre le monde académique et les entreprises, elles permettent aussi une fertilisation croisée entre les partenaires d’une même Chaire. Grâce à cette recherche, j’espère pouvoir contribuer à être un peu « facilitatrice d’un échange de pratiques » et apporter un regard nouveau à mes partenaires.

Rendez-vous avant fin 2021 pour ma soutenance de thèse ! »


* Le site de Blavozy produit des pneus pour le génie civil, milieu de gamme en terme de taille : les modèles qui sortent de l'usine pèsent entre 250kg et 1,4 tonne, contre 6,3 tonnes pour les plus gros modèles existants. Les marchés visés par ces pneus sont les engins miniers et la construction de routes, au niveau mondial puisque 70% de la production est destinée à l'exportation.

*La maturité digitale est le niveau de diffusion et d’appropriation des outils et pratiques associés à la transformation digitale.


 

Campuses