We use cookies to ensure that we give you the best experience on our website. If you continue without changing your settings, we'll assume that you are happy to receive all cookies on the ESCP website. However, if you would like to, you can change your cookie settings at any time.

Close

Utopies et consommation est basé sur l’Observatoire des perspectives utopiques pour le commerce et la distribution créé par l’ObSoCo avec le soutien de l’Ademe, de BPI France et de la Chaire E.Leclerc/BearingPoint, et qui a consisté en une vaste enquête menée en 2019 auprès d’un échantillon représentatif de 2 000 Français.

Dirigé par le Professeur Olivier Badot, directeur scientifique de la Chaire E.Leclerc/BearingPoint/ESCP Business School, et Philippe Moati, Professeur agrégé d'économie à l'Université Paris-Diderot et co-fondateur de L'Observatoire Société et Consommation (ObSoCo), cet ouvrage publié aux Editions EMS part des résultats de l’Observatoire des perspectives utopiques , qui avaient fait l’objet du 27ème petit-déjeuner de la Chaire le 3 mars dernier. Il rassemble les analyses de chercheurs spécialistes de la consommation et du commerce comme les Professeurs Olivier Badot et Enrico Colla de l'ESCP Business School ou le Professeur Adeline Ochs, ancienne coordinatrice de la Chaire. Selon leur discipline et des questionnements différents, ces différents chercheurs croisent leur regard sur les liens qui unissent les utopies et la consommation, conduisant à une exploration des imaginaires positifs ou négatifs de la population française quant à son futur souhaité ou subi pour en déduire les conséquences sur la consommation et le commerce. L’un des résultats les plus marquants de cette exploration est la force de l’attraction exercée par « l’utopie écologique », qui dépeint les différentes facettes d’une société idéalisée que l’on pourrait qualifier de décroissante. L'étude donne aussi à voir une rupture importante avec les valeurs consuméristes contemporaines et l’idée d’un monde meilleur dû au progrès technique, au transhumanisme et à la mondialisation.

« La notion de progrès issue de la modernité s’est progressivement muée au cours du XXe siècle en une utopie du bonheur par la consommation. Le vide existentiel qui a accompagné le déploiement de la société de consommation se conjugue aujourd’hui à un sentiment de perte de contrôle face à une marche du monde qui semble s’accélérer et dont le sens échappe. Alors qu’à l’heure de l’hyperconsommation, continuer à consommer davantage peine à accroître le bien-être et conduit à l’impasse environnementale, les sociétés occidentales semblent aujourd’hui en panne de projet, d’une perspective d’avenir désirable et partagée ». Partant des résultats de l’Observatoire des perspectives utopiques de l’ObSoCo – issus d’une vaste enquête sur ce à quoi aspirent les Français – les auteurs ayant contribué à cet ouvrage livrent leurs réflexions sur la place que la consommation occupe dans les utopies contemporaines.

Pour rappel, présentation de la collaboration de la Chaire avec l’ObSoCo par le Professeur Olivier Badot.

 

 

 

Campuses