We use cookies to ensure that we give you the best experience on our website. If you continue without changing your settings, we'll assume that you are happy to receive all cookies on the ESCP website. However, if you would like to, you can change your cookie settings at any time.

Close

Soutenance de thèse
De l'entreprise libérée à la « libération créative » :
Analyse processuelle de deux cas contrastés et proposition d’un modèle conceptuel

Emilie Poli - doctorante du programme Ph.D. ESCP

Emilie Poli, doctorante du programme Ph.D. ESCP a soutenu publiquement sa thèse de Doctorat en Sciences de Gestion.

Le 4 Février 2022
ESCP Business School Campus/République

Résumé

Cette recherche porte sur le lien entre le concept d’entreprise libérée et la créativité.

La revue de littérature a permis de formuler un « idéal type itératif » de l’entreprise libérée, intégrant sa nature processuelle et sa radicalité, en termes de suppression du lien hiérarchique.

En mobilisant la littérature sur la créativité organisationnelle, une grille d’analyse sur mesure a été élaborée, intégrant ses déterminants multiniveaux et les concepts de leadership et de sensemaking. La méthodologie est ancrée dans une posture pragmatique, adopte une vision « practice » de la créativité, et s’appuie sur une analyse comparative et longitudinale de deux cas de libération.

La restitution narrative de nos cas montre que la libération est un processus complexe, prenant ses racines aussi bien dans la culture de l’entreprise, son contexte et les croyances du leader et met en évidence ses mécanismes, ses effets transformatifs et ses écueils aux trois niveaux d’analyse. L’évolution des déterminants de la créativité montre l’importance de la redistribution des rôles de leadership « moteur », « catalyseur », et « de soutien » au sein du dispositif et les possibles écueils d’une survalorisation de l’un ou l’autre des niveaux collectif et individuel.

La mise en contraste des deux processus de libération permet de faire émerger un modèle conceptuel de « libération créative », intégrant le concept de « dispositif distributif » et met en avant ses conditions de mise en oeuvre.

Cette modélisation met en évidence :

  1. les dimensions idéologique et matérielle du dispositif de libération,
  2. l’importance de « penser » la redistribution des rôles managériaux et,
  3. l’importance de désamalgamer le lien hiérarchique, à la fois du lien de subordination et des fonctions managériales.

Cette thèse contribue à ouvrir la « boite noire » de la libération d’entreprise, et invite à une « ingénierie de la libération », vers une logique de recherche-intervention.

Jury

Directeur de recherche :

  • M. Gilles Arnaud,
    Professeur, ESCP Business School

Rapporteurs :

  • Mme Rachel Bocquet,
    Professeure des universités, Université Savoir Mont-Blanc
  • M. Mathieu Detchessahar
    Professeur des universités, Université de Nantes

Suffragants :

  • Mme Nathalie Raulet Croset,
    Professeure, IAE Paris Sorbonne
  • M. Christian Defelix,
    , Professeur des Universités, Grenoble IAE
  • M. Isaac GETZ
    Professeur, ESC Business School

Campuses