We use cookies to ensure that we give you the best experience on our website. If you continue without changing your settings, we'll assume that you are happy to receive all cookies on the ESCP website. However, if you would like to, you can change your cookie settings at any time.

Close

Le Prix du Professorship in New generation management a récompensé un travail de recherche visant à comprendre si la génération Z existe vraiment, et ainsi contribuer à son intégration dans le mode professionnel.

Le Prix KPMG du Professorship in New generation management a été décerné à Pauline Castoriadis, pour son mémoire de Master in Management (MiM) soutenu sous la direction du professeur Jean-Philippe Bouilloud et intitulé « La génération Z existe-t-elle ? Eléments de réponse pour leurs managers ».

Comme le constate la lauréate, cette génération s’est retrouvée à la une de l’actualité au cours des derniers mois et bien que relativement récente, elle a déjà fait l’objet de multiples spéculations. « Tantôt décriée à cause de son manque de fidélité à l’entreprise et son ambition, elle est également louée pour son aisance avec les nouvelles technologies et sa volonté de résoudre les grands enjeux futurs tels que climatiques ou sanitaires, explique Pauline Castoriadis. Pour certains chercheurs, tout cela n’est que spéculation : il s’agirait avant tout de vendre des conseils et des formations onéreuses afin d’apprendre à manager cette supposée "génération Z". Quoiqu’il en soit, le concept de génération n’est pas nouveau et suscite depuis longtemps de nombreux débats au sein de la communauté scientifique ». Pourtant, c’est bien la question de son intégration au sein de l’entreprise qu’elle pose. « Les entreprises s’apprêtent ou viennent de commencer à intégrer cette nouvelle génération. Posséder une grille de lecture telle que celle de la génération est un avantage majeur que toute entreprise souhaiterait pouvoir posséder ».
D’après elle, « si la génération Z existe, alors elle ne le sait pas vraiment » : les 26 entretiens qu’elle a menés permettent de comprendre que les répondants possèdent bel et bien des valeurs et des caractéristiques communes également constatées dans le milieu professionnel, mais le groupe ainsi constitué ne se définit pas en confrontation avec les autres générations et ne semble pas ressentir un sentiment générationnel fort...

« Cet excellent travail, tant du point de vue formel que conceptuel, apporte une contribution importante aux réflexions de notre Professorship sur les membres de cette génération », a commenté le professeur David Chekroun, Directeur Scientifique du Professorship KPMG in New generation management.

Campuses